Lie le Chapitre 1 de cette histoire porno transsexuelle

Virginie était plus petite et aussi jolie que Patricia. Ils avaient tous les deux une forme séduisante et n’étaient pas lourdement maquillés comme le serait un travesti, mais leur peau était belle, lisse et sans tache. Après ma résignation antérieure à une nuit de croisière infructueuse, le hasard m’avait mis en compagnie de deux charmantes et sympathiques dames qui n’étaient pas pressées de faire autre chose que de s’amuser ici même.

Je me souviens avoir dit : “J’ai besoin d’aller aux toilettes.” Je ne me souviens pas avoir marché jusqu’aux toilettes. Tout ce dont je me souviens, c’est que je me suis rendu compte que je me tenais devant une toilette en train de pisser. Virginie était d’un côté de moi avec son dos nu baissé, montrant ses petits seins fermes.

“Vas-y, tu peux jouer avec eux. Ils sont réels.”

De l’autre côté se tenait Patricia avec sa belle bite en train de pisser. Je me suis tout de suite entiché de sa grosse bite. Quand le pipi s’est écoulé, j’ai imaginé que du sperme s’écoulait. Virginie a été pressée derrière moi avec ses mains sur mes hanches et ma main s’était automatiquement déplacée vers la bite de Patricia. Je l’ai tenu dans ma main et j’ai senti le poids de la chair dans mes mains. Ça m’a toujours excité de sentir le poids de la chair dans mes mains. Ça peut être un pénis, des seins fermes, ou ma main autour d’une jolie vulve. J’aimais la chair pressée contre la chair.

La bite non coupée de Patricia était droite et avec assez de circonférence pour que ma main puisse s’enrouler autour et toucher le pouce au doigt. À mon insu, Virginie et Patricia cherchaient un homme pour Patricia ce soir. Virginie pilotait une aile.

Je me suis rendu compte que Virginie était partie et que Patricia et moi étions dehors, appuyés contre mon camion. Elle me disait à quel point mon cul était mou. Doux ou pas, mon cul était plat et j’enviais toujours ces cow-boys aux fesses de bulles qui pouvaient porter leurs jeans sans ceinture pour les retenir. Elle a recommencé à jouer avec mes tétons à travers ma chemise.

“Tes tétons sont toujours aussi durs ?”

“Oui. Beaucoup d’entraînement leur permet de se démarquer tout le temps. Ils sont toujours prêts. Si vous les tirez fort et les tordez comme il faut, mes genoux tombent sur le sol et ma bouche s’ouvre.”

“Oh ! On va vraiment utiliser ce tour. Quels autres tours faites-vous ?”

“Patricia, on vient de se rencontrer, mais il semble que je sois prêt à apprendre n’importe quel tour que tu veux.”

Patricia a gloussé et s’est assise sur le siège du passager, et j’ai demandé, “Allons-nous quelque part ?”

“Je pensais que tu voulais apprendre d’autres tours”, dit-elle. “Avais-je tort ?”

Je me suis assis sur le siège du conducteur et j’ai dit : “Par où ?”

“Pas loin d’ici. Je suis chez des amis.”

Nous sommes allés dans un vieil immeuble d’appartements dans un quartier gentrifié du centre-ville. Les pièces étaient grandes et les plafonds hauts avec de grandes fenêtres à guillotine double et de vieilles vitres à simple vitrage en six carrés sur six. Les planchers étaient de vieux pins à coeur large qui avaient été refaits à l’uréthane. Il y avait plusieurs personnes assises et des présentations ont été faites, bien que ma rêverie n’était plus qu’une stupeur d’ivrogne, donc ma conscience d’une ligne du temps et des événements était déficiente.

J’étais consciente et je me souviens très clairement que Patricia et moi étions face à face dans une chambre à coucher. Je me suis rendu compte qu’elle avait déjà déboutonné ma chemise et qu’elle était en train de finir la tâche.

“Profites-tu de mon état d’ébriété ?” J’ai demandé.

“Tu n’es pas si affaibli que ça, et je peux boire si tu le dis.”

“Il faudrait que je sois complètement fou si je voulais que tu arrêtes. Vous avez toute mon attention. Je n’ai jamais voulu être quelque part plus que je ne veux être ici avec toi en ce moment.” J’ai commencé à déboutonner le chemisier de Patricia et elle m’a dit de me détendre et elle s’occuperait de tout.

Ma chemise était simplement tombée de mon corps quand Patricia avait fini de la déboutonner. Je me tenais debout, mais j’étais si détendue, les bras pendus à mes côtés qu’ils n’ont pas résisté au poids de ma chemise quand elle est tombée sur le sol. Patricia était si gentille et à l’aise avec moi, et j’étais si attirée par elle que je n’avais d’autre désir que ce qu’elle voulait de moi.

Son doigt bougeait et jouait avec mon mamelon droit alors qu’elle bougeait son visage vers moi et commençait à grignoter sur mon autre mamelon. Il semble y avoir un nerf qui va directement de mes mamelons à ma bite parce que je sens un picotement dans ma bite dès qu’on commence à jouer avec mes mamelons. Patricia m’a donné plus qu’un picotement pendant qu’elle jouait avec mes mamelons puisque je pouvais sentir ma bite commencer à gonfler dans mon pantalon. D’habitude, il fallait plus de stimulation pour me réveiller, mais Patricia avait la clé. Patricia a commencé à me tordre et à tirer sur mes mamelons et elle a remarqué que plus elle jouait avec eux, plus je gémissais de plaisir. Peu de temps après, je me suis mis à genoux, le visage devant Patricia, attendant qu’elle révèle cette magnifique bite. Je me suis rendu compte que j’avais eu envie de cette bite depuis que je l’avais dans mes mains plus tôt cette nuit-là.

Lie le Chapitre 3 de cette histoire porno transsexuelle


Ma belle shemale Histoire Porno Chapitre 2 Préférence de la shemale : fist anal
Endroit de préférence pour le sexe : dans un lit