“Vous avez une belle bite”, dit-elle avec un rire nerveux.

“Toi aussi”, lui ai-je fait remarquer.

Le voisin est une shemale chapitre 1

Sexe avec une transgenre chapitre 2

La belle salope shemale chapitre 3

“Plus belle que la tienne”, elle a sorti sa langue.

“Tu ne disais pas ça toutes les fois où j’ai baisé ton joli petit cul !” Je me suis moqué.

“J’étais juste poli”, a-t-elle dit en premier lieu. “Je ne voulais pas te faire fuir en essayant de te prendre ta virginité anale.”

“C’est vrai ?” J’ai avalé. Je n’avais aucune idée qu’elle avait même pensé à ça. “Est-ce que c’est quelque chose que tu, euh, veux ?”

“Tu n’es plus aussi enthousiaste maintenant ?”, elle a plaisanté, mais je pouvais dire qu’il y avait un peu d’amertume derrière tout ça.

“Ta bite est plus épaisse que ton poignet. Tu ne serais pas nerveux ?”

“Maintenant que tu le dis”, elle ricana. “Je n’ai pas vraiment baisé depuis des années. Pas avant que je fasse la transition. Ça ne semblait pas être ce que j’étais “censé” faire.”

“Quoi, il y a des règles pour être transsexuel ?” J’ai demandé. J’étais vraiment curieux.

“Certains agissent comme s’il y en avait. Si un mec cherche des femmes trans à sortir, on est censé l’éviter parce qu’il est un “chasseur” fétichiste. Si une fille comme moi veut être au top, cela signifie qu’elle est moins femme”, a-t-elle déploré.

“C’est ce que vous ressentez ?” lui ai-je demandé.

“En quelque sorte. Je veux dire, je suis en conflit. J’ai vraiment aimé être au sommet avant de faire la transition. Et oui, ça me manque. Mais je me déteste un peu pour le vouloir aussi. Quant aux chasseurs de rendez-vous, ça évite beaucoup de problèmes de sortir avec des hommes qui sont trans. Ils savent à quoi s’attendre. Pas de surprises. Enfin, pas autant en tout cas”, dit-elle en riant.

“Ouais, comme ce type à la tête de viande.”

“Ouais, comme lui. Mais sortir avec des mecs comme ça me donne l’impression d’être un objet sexuel. Je veux dire, est-ce qu’il m’aime bien à cause de moi ou parce que je suis né mâle, génétiquement parlant ?”

“Je peux voir ça. Mais qu’en est-il des hommes qui aiment les blondes ? Ou les femmes avec de gros seins ? Ou les femmes qui sont grandes ou petites ? Ou des hommes blancs qui ne sortiraient pas avec une femme noire ? Ils mettent en évidence un attribut physique d’une femme qu’ils aiment ou n’aiment pas. Sont-ils aussi mauvais que ces “poursuivants” ?

“Hm, probablement, je suppose. Je n’y avais jamais pensé.”

“Cela ressemble à une autre préférence physique. Ce n’est peut-être pas vraiment louable. Je sais que nous sommes tous censés juger les gens uniquement sur ce qu’il y a à l’intérieur et tout ça. Mais je ne vais pas sortir avec un bossu d’1,80 m aux dents de lapin et à la peau verruqueuse, je vous le dis !”

“Pourquoi pas ? Elle a l’air sexy !” Caroline ricana.

“Alors, tu sors avec elle !” J’ai ri. “Mais il s’avère que je sortais avec une fille comme ça. Sauf qu’elle était moche à l’intérieur.”

“C’est vrai.”

“Je ne m’en étais pas rendu compte à l’époque”, j’ai dit.

“Et les femmes transgenres ?” m’a-t-elle demandé.

“Je n’avais jamais pensé à en sortir avec une avant de te rencontrer. Est-ce que je les chercherais, si je ne peux pas te convaincre de me pardonner ? Peut-être, en fait.” J’ai admis.

“Tu te transformes en chasseuse ?”, elle a gloussé.

“Je ne sais pas, je suppose que oui. J’aime bien te sucer”, j’ai senti mon visage s’échauffer.

“J’ai quelques amis que je pourrais te présenter”, elle m’a proposé.

“Alors il n’y a aucune chance que tu me pardonnes et que je te propose un vrai rendez-vous demain soir ?” C’était un coup dur, mais je devais le prendre.

“Les chances sont minces”, a-t-elle dit. Je me suis sentie écrasée, et je me suis détournée. Elle a poursuivi : “Mais je connais une jolie fille trans qui pourrait te plaire. Elle est vraiment mince, comme Julie. Avec des cheveux bruns comme elle aussi. C’est tout à fait ton type. Je pense que vous vous entendriez bien avec elle. Mais elle déteste les chasseurs, donc tu devras avoir l’air surpris quand elle te dira qu’elle est trans.”

“Je ne veux pas sortir avec n’importe quelle femme trans !” J’ai grogné.

“Non ?” elle s’est mise en tête, un sourire aux lèvres.

“Je t’aime bien, Caroline. Et oui, je trouve ça sexy que tu sois une trans avec une grosse bite et que tu veuilles secrètement baiser mon cul de vierge. Mais ce n’est qu’une partie des choses. Tu es belle. Tu es intelligente. Tu es une bonne amie et je veux savoir si on peut être plus.”

“Tu es un si beau parleur, Mike”, roucoula-t-elle. “Tu penses vraiment tout ça ?”

“Oui”, je me suis levé et je me suis penché sur elle, en rencontrant son regard. “Je veux essayer d’avoir une vraie relation avec toi. Avant, j’avais peur, mais maintenant je m’en fiche. Je vais appeler tous les gens que je connais et leur dire que je sors avec une fille transsexuelle et que je tombe amoureux d’elle, je me fiche de ce qu’ils pensent.”

“Tomber amoureux ?”, elle a haleté.

“C’est vraiment si fou que ça ? Tu es une femme incroyable, Caroline. Mais je n’en serai pas sûr tant qu’on n’aura pas essayé. Qu’est-ce que tu en penses ?”

“Mike, Mike, Mike”, elle a souri. Ses yeux scintillent, un peu mouillés par ce qui ressemble à des larmes. C’était tout ce qu’il fallait. J’étais de retour dans ses bons livres. Le meilleur, c’est que je n’ai pas eu à lui mentir une seule fois. Je l’ai sortie du canapé et je l’ai prise dans mes bras. L’embrasser était comme un rêve, même avec le goût de la bière et de la pizza sur ses douces lèvres roses.

“C’est mon nom”, lui ai-je confirmé après notre baiser. Cela l’a fait rire à nouveau. Je sais que je ne suis pas Adonis, mais je suis plutôt en forme. Je me suis penché et je l’ai prise dans mes bras en grognant. Caroline n’était pas une petite princesse. Plutôt une amazone. Elle faisait 1m75 et se courbait à tous les bons endroits. Elle riait et se tortillait et je m’accrochais à peine en la portant dans sa chambre.

“Pose-moi”, elle a haleté, et j’ai poussé un soupir de soulagement en la mettant sur ses pieds nus. Elle n’a pas fait de conneries. Elle a enlevé ma chemise et défait mon pantalon avant même que je puisse lui répondre.

“Wow, tu penses vraiment que je suis sexy”, j’ai gloussé.

“Tu le sais, mon grand”, dit-elle en me tirant le pantalon jusqu’aux chevilles. Ma bosse lui a sauté au visage, et elle l’a regardé de haut. “Eh bien, pas si grand que ça”, elle a gloussé.

“Oh, salope !” J’ai reniflé et j’ai enlevé mes chaussures et mes chaussettes. J’avais une bonne taille. Au-dessus de la moyenne, mais je ne pouvais vraiment pas lui en vouloir pour son allumeuse. Pas quand elle se dépouillait de tout sous mes yeux. Ses seins étaient comme un rêve. Sûrement en silicone, mais hauts, ronds et parfaits quand même. Je voulais plonger dedans dès que ces orbes nues sont apparues, mais elle a reculé et s’est penchée pour enlever son short et sa culotte. Lorsqu’elle s’est relevée, la raison pour laquelle elle pouvait être si sévère à propos de ma taille est apparue clairement. Elle était mieux accrochée que la plupart des débuts de porno. Mieux que la plupart des stars du porno noir. C’est drôle comme même après avoir couché avec une femme une douzaine de fois, on peut encore être surpris par son corps. Ses seins étaient incomparables, mais cette bite m’a coupé le souffle à chaque fois.

“Viens la chercher, si tu veux”, ronronnait-elle de sa voix rauque. Elle s’est assise sur le bord du lit et a écarté ses longues jambes pulpeuses. Sa bite se tenait droite, plus de onze pouces roses, épais et glabres, palpitant de besoin. Sa queue semblait pointer vers une tache sur le tapis entre ses grands pieds, pourtant encore délicats.

“Je te veux”, lui ai-je dit. Puis je lui ai montré. J’ai levé sa lourde bite pour l’écarter du chemin, en pressant cette tige pulsée contre son ventre bronzé et tonique. Ses couilles pendaient en dessous, roses et glabres et absolument massives. Elles avaient aussi bon goût. J’ai badigeonné ces orbes de la taille d’un citron avec ma langue. Je les ai grignotées avec mes lèvres. J’ai fait de mon mieux pour les aspirer dans ma bouche une par une. Caroline s’est mise à gémir et s’est penchée sur le lit pour me regarder travailler.

Je l’ai regardée et lui ai fait un clin d’œil, puis je me suis mis au travail en la faisant crier. Je me suis levé en grignotant, d’abord en blottissant ma langue dans le petit creux où le dessous de sa lourde tige rencontrait son corps. J’ai ouvert la bouche en grand, en pressant mes lèvres contre sa chair. Ma langue s’est balancée d’un côté à l’autre, tandis que je la faisais remonter lentement de mes genoux.

“Oui, fais-le bien et mouille-le Mike”, roucoula-t-elle. Le bout de ses doigts taquinait mes épais cheveux noirs et je continuais à avancer. Je bougeais, mais pas vite. Je voulais qu’elle me supplie de la laisser jouir. De la salive coulait sur mes lèvres et sur mon menton. Elle a coulé le long de son axe et a dégouliné sur ses couilles et je n’étais même pas encore à mi-chemin. Je pouvais voir ses orteils se recourber dans le tapis alors que je me déplaçais vers le haut. Longs et suceurs, avec les ongles peints en rose vif. J’ai presque fait une pause pour pouvoir les sucer aussi, mais pour le moment, sa bite était au centre de mon attention.

Caroline a commencé à se tortiller alors que ma bouche approchait du sommet de cette monumentale érection. J’ai réussi à ouvrir la bouche plus largement, tellement que ma mâchoire me faisait mal. J’ai tiré sa bite vers le bas en même temps, la faisant sortir tout droit et au niveau du sol. Je me suis penché, sans jamais laisser mes lèvres perdre le contact avec la tête rose et spongieuse. Je l’ai engloutie dans ma bouche, gémissant de satisfaction de salope alors que sa tête de bite géante remplissait complètement ma bouche.

“Dieu oui, suce-moi”, gémissait-elle. Sa voix est devenue encore plus grave quand elle a été excitée. Pas tout à fait virile, mais définitivement plus que féminine. Ça m’a rendu chaud. J’ai serré ses seins fermes alors qu’elle se penchait en arrière et prenait la féroce succion que je lui donnais. Je l’avais sucée plusieurs fois, et je me sentais toujours comme une petite pute. Putain, j’adorais ça. Plus à chaque fois que je le faisais. J’ai commencé à bouger en bavant, en pinçant et en tordant ses longs tétons roses comme je le faisais.

Par ses gémissements presque virils et la façon dont ses cuisses parfaites frémissaient à mes côtés, je savais qu’elle aimait ça encore plus que moi. Peut-être même presque autant que moi. Mais pendant tout le temps que j’ai passé à la sucer, il y a une chose que je n’avais même pas eu le courage d’essayer. J’ai avalé sa bite, sentant le bout raide me pousser au fond de la gorge. Elle a grogné de reconnaissance. J’ai failli bâillonner un peu, mais j’ai aspiré de l’air profondément par le nez. C’était maintenant ou jamais.

J’ai poussé à nouveau, en essayant de faire de mon mieux pour avaler alors que sa bite commençait à se coincer dans ma gorge. Je ne vais pas mentir. Ça m’a fait un mal de chien. Aussi douce et soyeuse que soit la peau de sa bite, c’était comme si j’essayais d’avaler une boule de verre brisée. J’ai alors eu des haut-le-coeur, et ça n’a fait que se resserrer, devenir plus chaud et plus douloureux. J’ai reculé, en suçant le bout de sa bite pour me réconforter, comme un petit enfant qui suce son pouce.

“Je suis trop grand pour ça, Mike ! Tu n’as pas besoin de faire ça”, dit-elle, et d’après son regard, je savais qu’elle était vraiment inquiète. Le truc, c’est que j’étais un homme. Et pas un petit homme. Et j’avais vu des douzaines de filles de la moitié de ma taille avec des bites aussi grosses que la sienne dans le porno. Si elles pouvaient le faire, je le pouvais aussi.

J’ai essayé à nouveau. Je pouvais sentir les larmes couler sur mes joues. Mais même avec ma vision floue, je fixais son joli visage et ses seins tombants et je continuais à pousser. C’était comme si j’essayais d’avaler une batte de base-ball, mais je l’ai avalée. Pouce par pouce douloureux et bâillonnant. Peu à peu, sa tige veineuse a disparu dans ma bouche. Je sentais ma gorge s’allonger, d’abord dans le cou, puis encore plus loin dans la poitrine. Ces deux choses m’excitaient sans fin, et quand j’ai finalement mangé sa bite entière et massive, la douleur m’a semblé être un putain de souvenir lointain.

“Tu es incroyable”, gémissait-elle. J’ai écarté mes larmes en clignant des yeux pour la voir me sourire dans un émerveillement et une joie absolus. Je me sentais étrangement fier. Non seulement c’était une petite salope, mais j’étais BONNE à ça ! J’ai hoché la tête et je me suis retirée, mais pas trop loin. Environ un tiers de sa bite est apparu devant mes yeux, enduite de ma salive. Je me suis penchée en avant et j’ai tout mangé une fois de plus. Puis encore, et encore. Et peu après, je me suis mis à bouger et à gémir autour d’elle. Ma bite me lançait très fort entre les jambes, mais au lieu de m’étendre pour la secouer, je m’occupais de ses merveilleux nichons, les pétrissant comme s’il n’y avait pas de lendemain.

“Je vais jouir !”, annonça-t-elle quelque temps plus tard. Et avec son endurance, j’ai eu la chance de l’achever avant que ma gorge ne lâche vraiment. J’étais en feu ! Je l’ai tirée de ma bouche, et j’ai failli m’étouffer une fois de plus lorsque sa bite a dégagé mon oesophage maltraité. Sa bite a sauté sur ma langue, et j’ai lutté avec elle, en la suçant si fort que j’en ai eu mal à la poitrine. Elle a couiné. Elle s’est défendue. Elle a poussé un long gémissement, toujours aussi bas. Et j’ai eu ma récompense.

Son sperme était collant, chaud et salé, comme toujours. Il m’a rempli les joues jusqu’à en déborder. J’ai avalé aussi vite que j’ai pu, et le sperme chaud a apaisé ma gorge douloureuse. Je l’ai avalé comme une salope bon marché, impatiente de ne pas en manquer une goutte. Caroline s’est tortillée sur le lit, gémissant et me serrant les épaules alors qu’elle déversait son sperme dans ma gorge. Aussi avide que je l’étais, une partie du sperme a échappé à ma bouche affamée et s’est écoulée sur sa tige lancinante. J’ai sucé sa tête de bite avant de soulever sa tige d’acier et de laper chaque goutte de sperme nacré.

“Tu fais ça tellement mieux que n’importe qui d’autre”, a-t-elle haleté, puis m’a tiré vers le haut pour me donner un baiser chaud et reconnaissant. J’ai aimé la façon dont mes lèvres tachées de sperme ne l’ont pas dérangée du tout, et j’ai enfoncé ma langue dans sa gorge, probablement un peu plus fort que nécessaire. Elle l’a sucée comme une championne.

“Tu veux toujours, euh, me baiser ?” Je lui ai demandé. Laissez-moi vous dire que c’était des mots très difficiles à faire sortir de ma bouche. Je tremblais, mais ma trique n’avait jamais été aussi dure.

“J’aimerais bien, mais t’es prêt pour ça ? Je suis vraiment grande et je me suis habituée à ne plus faire ça”, a-t-elle dit.

“Est-ce que ça te dérange ?”

“Pas tant que ça, vraiment. Je me sens plus comme une femme quand c’est l’homme qui me le fait”, dit-elle doucement.

“Hmm. J’ai un peu envie que tu le fasses. Mais tu vas penser que je suis moins un homme ?” Ça semblait logique, non ? Si elle était plus une femme pour avoir été au fond, alors ne serais-je pas moins un homme pour avoir fait la même chose ? Cette pensée était douloureuse et humiliante. Qu’est-ce qui n’allait pas chez moi ? Etais-je secrètement gay après tout sans même m’en rendre compte moi-même ?

“Oh chéri !”, elle a pleuré et m’a embrassé à nouveau. “Tu es juste curieux, je ne devrais pas t’embêter avec mon bagage sur mon image de soi !”

“Je ne veux pas que tu te sentes mal dans ta peau !” Je l’ai assurée.

“Je ne veux pas te faire de peine non plus, Mike. Les gurls ont juste des problèmes avec nos organes génitaux parfois”, a-t-elle haussé les épaules.

“Pourquoi tout ça est si compliqué, putain ?” Je me suis demandé à voix haute.

“Restons simples alors”, dit-elle au bout d’un moment. “Je vais chercher le lubrifiant et tu vas le mettre sur la bite que tu veux. Et aucun de nous deux ne se jugera… ou ne se jugera lui-même, pour cela, quoi qu’il arrive. D’accord ?”

“Pourquoi c’est moi qui dois choisir ?” J’ai gloussé. Son plan semblait bon jusqu’à présent, sauf que les fardeaux semblaient être les miens.

“Je choisirai la prochaine fois. On peut se relayer !” dit-elle avec éclat. “Tant qu’on se souvient de la règle. On ne juge pas !”

“Putain, tu es brillante. Brillante et belle !” J’ai ri et embrassé chacun de ses parfaits tétons marron clair à tour de rôle. En m’éloignant, il m’est venu à l’esprit qu’elle avait dit quelque chose d’assez remarquable, et qu’elle s’était penchée sur le lit pour aller chercher le lubrifiant de la table de nuit. Il allait y avoir une prochaine fois. Et beaucoup de fois par la suite. Quand elle m’a fait tomber la bouteille en plastique transparent dans les mains, j’ai souri comme un idiot.

“Tu as déjà fait ton choix ?”, elle riait au fond de sa gorge, ses yeux bleus s’écartant de ma queue, pour aller vers la sienne, et revenir.

“Non, en fait.” J’y ai pensé. Bien sûr, je pourrais me dégonfler et enduire ma propre bite de lubrifiant. Laisse-la choisir si elle veut me baiser ou pas. Ou je pourrais être un homme et affronter mon propre désir. J’ai ouvert le bouchon de la bouteille et j’ai fait gicler une grosse cuillerée sur ma paume. Il faisait froid, mais je l’ai laissée se réchauffer avant de baisser la main vers mon organe palpitant et nécessiteux. Au dernier moment, j’ai tendu la main et j’ai enroulé ce poing autour d’elle, en plein milieu de son épaisse tige recouverte de crachats.

“Oh ! Quelqu’un veut de l’aventure aujourd’hui !” sourit-elle. Ses seins se soulevaient de haut en bas, elle respirait fort. Sa peau dorée et claire semblait rose autour de son cou et de ses joues. Elle était aussi nerveuse que moi. C’est sans doute mieux ainsi. J’ai versé plus de lubrifiant sur sa queue et j’ai utilisé mes deux mains pour la frictionner, glissant lentement de haut en bas et recouvrant chaque centimètre glorieux.

“Ce sera quelque chose de différent. Pour nous deux”, lui ai-je rappelé, et elle m’a fait un signe de tête.

“Tu ferais mieux de te mettre à genoux. Ce sera plus facile pour votre première fois”, a-t-elle conseillé. Vu la façon dont elle a pris ma bite, je savais qu’elle avait l’expertise nécessaire. Je n’ai pas réalisé à quel point je tremblais jusqu’à ce que je me glisse sur son lit et que je regarde par la fenêtre qui fait face au parking. Le lit s’est déplacé derrière moi. Le matelas a couiné. Je me suis figé, incapable de bouger un muscle.

“Détendez-vous”, elle s’est calmée. Sa voix était comme du velours chaud. Elle a caressé le bas de mon dos, puis mes joues tendues et retroussées. “Tu es comme un rocher ! Respire à fond ! Je te jure que je serai doux !”

“Bien”, je lui ai fait un signe de tête. Je l’entendais à nouveau faire gicler le flacon de lubrifiant et je tournais la tête pour la voir s’enduire les doigts de ce liquide clair et visqueux. Elle a remarqué que je la regardais et a souri.

J’ai fait un signe de tête et je me suis retourné vers la fenêtre. Tout ce que je pouvais voir à cette heure était le lampadaire, mais je le fixais et j’attendais. Lorsque j’ai senti ses doigts collants glisser doucement entre mes joues, j’ai failli sauter du lit et sortir par la fenêtre.

“Doucement !”, dit-elle en riant. “Tu es si tendue ! Détends-toi !”

“Désolé”, j’ai dû rire un peu moi aussi. Pourquoi étais-je si nerveux ? Je lui ai fait confiance, non ? J’ai senti ses doigts à nouveau et j’ai fait de mon mieux pour l’accepter. Il lui a fallu environ deux secondes pour trouver ma porte arrière et j’ai à peine bougé.

“C’est mieux ! Elle me demandait en frottant le bout de son doigt en petits cercles autour de mon cul. C’était picotant, mais étrange. C’est presque comme aller aux toilettes, mais c’est aussi indéniablement agréable.

“Oui, c’est vrai.” J’ai fait un signe de tête. Elle a continué à frotter. Ces petits cercles ont commencé à me rendre fou. Je voulais améliorer la sensation en me mettant sous la main et en attrapant ma bite, mais je n’osais pas bouger. Je sentais mon sphincter se détendre, presque comme par magie. Le plaisir n’a fait qu’augmenter, et je n’ai pas honte d’avouer qu’à ce moment-là, j’ai gémi comme une fille.

“Je te l’avais dit”, dit-elle, puis elle a glissé son doigt en moi jusqu’à la jointure. J’aurais dû être plus prête que je ne l’étais, mais au lieu de cela, elle m’a prise au dépourvu. J’ai crié et mes muscles se sont bloqués une fois de plus.

“Je t’ai fait mal”, a-t-elle demandé.

“Euh”, j’ai dû réfléchir à une réponse, non pas parce que je ne pouvais pas dire si c’était douloureux, mais parce que je me sentais étonnamment bien. “Non, pas du tout”, lui dis-je enfin. J’ai soupiré profondément et mon cul s’est à nouveau relâché.

“C’est bien ! Tu t’en sors très bien, Mike !” a-t-elle dit, et elle l’a enfoncé plus profondément. C’était une grande femme, et son doigt n’était pas petit. J’avais l’impression d’être un tronc d’arbre, mais ça ne faisait pas mal du tout. Elle m’a caressé le dos d’une main et a commencé à me baiser lentement avec ce seul doigt. Les sensations étranges étaient de nouveau là, mais plus elle le faisait, mieux et moins elles étaient étranges.

“Je ne pense pas avoir jamais ressenti cela auparavant”, ai-je enfin dit.

“Non ?” me demanda-t-elle en glissant un deuxième doigt à côté du premier.

“Putain !” J’ai sifflé. Il y a eu un pincement de douleur, mais c’était tout. Juste un bref flash qui n’a pas fait plus mal qu’un pincement et qui s’est évanoui aussi vite qu’il était venu. Et deux doigts étaient encore mieux qu’un. J’ai commencé à repousser mes fesses pour la rencontrer, et une pensée m’est venue. Comment se sentirait-on à trois ?

“Bien ?” me demanda-t-elle, bien que par le ton rieur de sa voix, elle connaissait déjà la réponse.

“Plus”, lui ai-je demandé. Et elle m’a obligé. Le troisième doigt n’était pas aussi facile que le deuxième, mais la douleur était tout aussi fugace. Elle a écarté ses doigts dans mon rectum, m’étirant alors qu’elle plongeait vers ses articulations. Le sentiment était si intense que j’aurais pu mourir en homme heureux à ce moment-là. Très vite, j’en ai supplié un quatrième.

“Non, je pense que c’est l’heure de l’événement principal”, dit-elle en glissant ses doigts hors de mon cul.

“Oui !” J’ai pleuré. Comment cette bite monstrueusement épaisse pourrait-elle se sentir mieux ? J’ai courbé le dos et j’ai incliné mon cul vers elle comme une petite salope sans défense.

“Elle s’est exclamée : “Je suis si impatiente ! J’ai juste hoché la tête et j’ai attendu. La tête glissante et couverte de lubrifiant de sa bite s’est glissée entre les joues de mon cul lisse. Je pensais que trois doigts, c’était beaucoup, mais sa bite était GRANDE. J’ai eu un frisson dans la colonne vertébrale, mais la tête spongieuse s’est ensuite cognée contre mon cul mouillé.

“Oh !” j’ai haleté, et ma prise s’est resserrée sur le bord du lit. Elle a frotté sa bite autour en utilisant ces mêmes petits cercles. Je pouvais sentir mon petit trou s’ouvrir, haletant et béant dans sa faim pour son outil de mammouth. “Pour l’amour de Dieu, mets-le en moi !” Je l’ai supplié.

“D’accord, d’accord !” Elle a cédé et s’est jetée sur moi. Pendant un moment d’horreur, j’ai cru que j’étais allé trop loin. La douleur était tout simplement trop forte. Allait-elle me mettre en pièces ? Elle a traîné pendant plusieurs secondes, des secondes qui semblaient, à ce moment-là, des heures. Puis, d’un coup de hanche, sa tête de bite est passée à côté de l’anneau sphinctérien têtu et s’est enfoncée dans mon rectum glissant.

Le voisin est une shemale chapitre 1

Sexe avec une transgenre chapitre 2

La belle salope shemale chapitre 3

Un fist anal pour la shemale Préférence de la shemale : branlette espagnole et servir de vide couilles
Endroit de préférence pour le sexe : dans un lit